Thursday - 19.April.2018


be natural - NIF B70101464
privacy Policy
You are in: News

Limousin (France) : Cédric Rivière fait revivre les toits d'ardoise

Les belles demeures de Saint-Junien mais aussi de Limoges sont souvent couvertes d’ardoise. Derrière ces toits luisants se cachent des artisans qui exercent non seulement un métier mais vivent une passion.

L'art de travailler l'ardoise

Certes, quelques artisans de grand talent exercent comme lui, la profession de couvreur mais le saint-juniaud Cédric Rivière compte parmi ceux qui réalisent quelques-uns des plus beaux ouvrages privés de Limoges. Les propriétaires des maisons de maîtres limougeauds et saint-juniauds le connaissent bien et lui demandent souvent de pratiquer son art sur quelques tourelles et autres clochetons que des architectes de la belle époque ont conçu. Dernièrement encore, Cédric Rivière était sur un chantier rue d'Anthony à Limoges pour couvrir un le dôme de la tour d'une maison privée. « Un magnifique chantier qui demande beaucoup de travail.


Toutes les écailles d’ardoises sont cloutées par Cédric Rivière qui travaille avec la passion des amoureux de leur art. 


Le travail de l'ardoise est exigeant mais le résultat est toujours exceptionnel. Il faut préparer un support continu sur l'ensemble de la structure, le cheviller entièrement. Cette structure que l'on appelle la volige demande la perfection faute de quoi la couverture en ardoise n'est pas régulière. Ensuite, pour ce chantier il faut retailler au millimètre prés toutes les ardoises pour leur donner une forme d'écaille. C'est un travail supplémentaire mais c'est aussi une chance de réaliser de telles choses.

Pour l'occasion j'ai utilisé de l'ardoise d'Angers, j'aimerai davantage travailler l'ardoise française mais malheureusement les sites d'exploitation sont rares et la production trop faible. Alors il faut se diriger vers l'ardoise d'Espagne ou du Canada. Il est vrai que le prix de ces matériaux importés est moins cher aussi. L'ardoise importée est 25 à 30 % moins chère mais il est dommage de ne pas travailler un matériau français ». Au total, il aura fallu un mois et demi à Cédric rivière pour réaliser un tel chantier de 40 mâ mais le résultat est surprenant.

Sur les pas de son père

Ce jeune artisan de 34 ans qui est tombé dans la marmite professionnelle en suivant les pas de son père est devenu un nom qui compte dans la profession. L'autodidacte est désormais un maître reconnu et dans son atelier de Saint-Junien le charpentier-couvreur réalise du bel ouvrage destiné aux toitures magnifiques de quelques superbes demeures de la région.

Source : Laurent Borderie - Le Populaire - Mars 2015

Share it :
meneame digg delicious technorati google bookmarks yahoo blinklist twitter Facebook Facebook
back to top

v02.15:0.01
GestionMax

Luis Galan